CCI Ardèche
Accueil > Développement des entreprises > Ils l'ont fait avec la CCI > Se préparer à l'industrie du futur
Dieau-Edafim Saint-Julien-en-Saint-Alban
novembre 2018

Se préparer à l'industrie du futur

Pour sensibiliser les PME du territoire aux enjeux de l'industrie du Futur, le service Industrie de la CCI et le cluster VILESTA se sont associés pour monter une conférence sur le thème de la cobotique, c'est à dire de la collaboration homme-robot. Alain Auger, PDG de Dieau-Edafim, y participait.

M. Auger, pouvez-vous nous présenter votre entreprise et votre activité ?

 
Dieau-Edafim est une PME industrielle de 30 personnes concevant, fabriquant et assurant la commercialisation de ses fontaines rafraichissantes via son réseau d’installateurs. Nos machines représentent environ 25% des fontaines installées en  France, dans les entreprises, les espaces de restauration ou d’accueil du public, voire les hôpitaux.
 
Nos machines combinent des fonctions frigorifiques, d’hygiène, de filtration, de chauffage ou de gazéification voire d’aromatisation ou de désinfection de l’eau servie aux utilisateurs de nos machines
 
Sur le plan industriel, nous produisons environ 8000 machines par an réparties sur une dizaine de modèles et des combinaisons d’options possibles très larges avec des délais de livraison de l’ordre de 10 jours. Nous ne sommes pas dans le Just in Time ni dans le high-tech ni dans la grande série, comme sans doute c’est le cas pour beaucoup de PME. Nous sommes plutôt dans l’industrie 1.0 car il nous sera difficile de nous passer de tournevis. 
 

Vous avez assisté à la conférence « Cobotique et PME » organisée par la CCI et Vilesta. Quelles étaient vos attentes et quel type d’information êtes-vous venu chercher ?

 
J’étais venu chercher des pistes d’utilisation possibles dans une PME industrielle comme Dieau-Edafim de ce que la cobotique pouvait apporter, par opposition à la robotique traditionnelle de grande série  dont je sais qu’elle ne nous concerne pas. 
 

Les présentations des différents intervenants ont-elles été intéressantes et ont-elles répondu à vos attentes ? 

 
Les présentations, avec notamment l'expertise des intégrateurs et des fabricants et les témoignages des entreprises qui ont intégré cette technologie, ont en partie répondu à mes attentes car si elles ont bien ouvert la voie à quelques pistes d’utilisation, elles ont quand même assez souvent évoqué des cas de robotisation industrielle de série.
La piste qui me parait la plus prometteuse pour la cobotique dans une PME comme la nôtre ma parait être celle du convoyage de composants en approvisionnements de poste à partir ou vers le magasin. Il nous faudra aussi regarder de plus près ce que le convoyage cobotisé des fontaines tout au long de leur assemblage pourrait nous offrir comme voie d’amélioration, en remplacement des convoyeurs mécaniques actuels. 
Je vois cependant moins bien des utilisations possibles dans le domaine de la fabrication proprement dite des composants ou des machines où la commande numérique classique me semble suffisante. 
 

Vous travaillez actuellement sur un projet de construction d’un tout nouveau site de production. Cette rencontre va-t-elle vous permettre de nourrir votre réflexion et la cobotique pourrait-elle avoir une place dans la nouvelle organisation de votre production ?

 
C’est certain car la taille de nos équipements fait que nous avons besoin d’espace pour conduire nos opérations de fabrication. Typiquement, un bâtiment de 100 m de long sur 50 m. Le convoyage cobotisé sur un sol conçu à cette fin pourrait être d’une grande aide pour affranchir nos eux magasiniers de nombreux déplacements.  
 

En toute fin, quels seraient aujourd’hui vos besoins pour mener à bien un tel projet ?

 
Disposer des coordonnées de quelques fabricants de matériels de convoyage cobotisé et de quelques références d’installation.
 
2ea5c3.png
L'entreprise en bref
Entreprise : Dieau-Edafim
Commune : Saint-Julien-en-Saint-Alban
30 salariés
Activité : Fabrication de fontaines rafraichissantes
Web : http://www.edafim.com/
« La piste qui me parait la plus prometteuse pour la cobotique dans une PME comme la nôtre ma parait être celle du convoyage de composants en approvisionnements de poste à partir ou vers le magasin. Il nous faudra aussi regarder de plus près ce que le convoyage cobotisé des fontaines tout au long de leur assemblage pourrait nous offrir comme voie d’amélioration, en remplacement des convoyeurs mécaniques actuels. Je vois cependant moins bien des utilisations possibles dans le domaine de la fabrication proprement dite des composants ou des machines où la commande numérique classique me semble suffisante. »
Alain AugerDieau-Edafim PDG
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site.